Bienvoir.eu

Vous êtes ici >> Accueil/Les Dossiers/Chirurgie/La greffe de la cornée

La greffe de la cornée

21/01/2005 - Lu 41229 fois
  • Note moyenne : 2.51/5
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Note moyenne : 2.5/5 (55 notes)

La cornée, comme un verre de montre, est le hublot de l'oeil qui permet le passage de la lumière. La cornée peut être altérée par des opacités, par un oedème ou par une déformation. Dans ces cas on peut procéder à une greffe.
Pourquoi faire une greffe de cornée

Pour tenter de restituer la transparence et favoriser la transmission de la lumière dans de bonnes conditions. La vision sera alors améliorée si les autres structures oculaires le permettent.

L'opération

Elle est réalisée sur le patient alors qu'il est installé sur le dos, en milieu chirurgical stérile et sous microscope. Elle représente un geste chirurgical majeur car elle consiste à ouvrir l'oeil et à remplacer l'un de ses éléments, la cornée.

  • Hospitalisation : l'opération nécessite une immobilisation de quelques heures au minimum. Votre mode d'hospitalisation vous sera proposé par votre ophtalmologiste en accord avec le médecin anesthésiste.
  • Anesthésie : elle peut être générale ou locale par injection de produits anesthésiques au voisinage de l'oeil. Il est exceptionnel de pouvoir se contenter d'une anesthésie par des gouttes. Le choix résulte de l'avis de votre ophtalmologiste et de celui du médecin anesthésiste. Ce choix prend en compte votre souhait lorsque cela est possible.
  • Technique opératoire : elle diffère selon le type de greffe envisagé par votre ophtalmologiste.
    Dans la greffe habituelle, le greffon provient d'un donneur humain. Il existe un risque de rejet de la greffe.
    Dans l'autogreffe, la cornée transparente est prise sur l'un des 2 yeux du patient. Cette technique évite le rejet mais expose aux risques d'une double opération.
    Dans la plupart des cas, l'ablation de la cornée malade est réalisée à l'aide d'un trépan, parfois automatisé.
    Le greffon est suturé par des fils.
    La greffe de la cornée peut être combinée à une opération de la cataracte ou à celle d'un glaucome. La difficulté augmente avec la complexité de l'opération et les risques sont augmentés parallèlement.
    Une analyse anatomopathologique de la cornée peut être effectuée.
  • Incidents opératoires :
    La trépanation de la cornée peut être imparfaite, entraînant des difficultés pour la suture.
    Les anomalies découvertes par le chirurgien derrière une cornée opaque peuvent l'obliger à réaliser une opération plus complexe que celle initialement prévue.
    Une hémorragie peut se produire qui, en général, se résorbe en quelques jours. Dans des cas très exceptionnels, elle peut aboutir à la perte de la vision ou de l'oeil.
    Une réintervention peut être nécessaire pour compléter la suture ou pour corriger une anomalie non constatée pendant l'opération.
    De telles situations sont imprévisibles.

    L'évolution postopératoire habituelle

  • Dans la très grande majorité des cas l'oeil opéré est peu ou pas douloureux. La récupération visuelle est progressive.
  • Les soins locaux sont réduits à l'instillation de gouttes ou à l'application d'une pommade et à la prise éventuelle de comprimés. Le port d'une protection oculaire est utile les premières semaines. Votre chirurgien vous indiquera les modalités de ce traitement qui peut s'étendre sur plusieurs mois.

    L'ablation des fils de suture peut être nécessaire. Il est possible de les laisser en place sans inconvénient.

    Il faut se souvenir qu'un oeil greffé sera pour toujours un oeil plus fragile nécessitant une surveillance régulière.

    Les complications de la greffe

  • Bien qu'elle soit de pratique ancienne et courante, l'opération de greffe de cornée n'échappe pas à la règle générale selon laquelle il n'existe pas de chirurgie sans risque. il n'est pas possible à votre ophtalmologiste de garantir formellement le succès de l'opération.
  • Les complications graves de l'opération sont assez rares. Elles peuvent cependant aboutir, dans les cas les plus extrêmes, à la perte de toute vision, voire à la perte de l'oeil.
  • Le rejet de greffe ne concerne pas l'autogreffe. Il se manifeste à partir des premières semaines après l'opération et jusqu'à 20 ans après celle-ci. Il peut être traité par des médicaments avec une certaine efficacité.
    En cas d'échec de ce traitement le greffon reste opaque et la vision est très basse. Une seconde greffe est possible mais son risque d'échec est augmenté.
  • Les infections touchent 2 à 5 cas sur 1000.
  • L'augmentation de la pression oculaire.
  • Le traumatisme de l'oeil par le patient ou son entourage.
  • La déformation de la cornée greffée (astigmatisme) est très fréquente, parfois réversible à l'ablation des fils ou par une opération.
  • La perte de transparence spontanée du greffon touche surtout les greffes réalisées sur un oeil déjà opéré. Il n'y a pas de traitement. Une seconde greffe est possible mais son risque d'échec est augmenté.
  • Un oedème rétinien central.
  • Le greffon cornéen provenant d'un donneur a transité par une Banque de Cornée, qui a procédé à tous les tests de qualité requis par les textes officiels. Il n'est cependant jamais possible d'affirmer que ce tissu biologique ne sera pas susceptible de transmettre une maladie bactérienne, mycosique, virale ou à prion dont l'expression peut être immédiate après la greffe ou survenir beaucoup plus tard.


  • Les Commentaires

    4 commentaires - Voir
    Partager cet article wikio : Partager cet article | digg : Partager cet article | del.icio.us : Partager cet article | facebook : Partager cet article | scoopeo : Partager cet article | blogmarks : Partager cet article | additious : Partager cet article |
    Partager les derniers articles Netvibes : Partager les derniers articles | iGoogle : Partager les derniers articles | My Yahoo : Partager les derniers articles | wikio : Partager les derniers articles | RSS : Partager les derniers articles |